Study Hall
Study Hall

(Aide aux devoirs)
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 traduction, besoin d'aide SVP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shabanu



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2009

MessageSujet: traduction, besoin d'aide SVP   Dim 16 Oct - 5:06

Bonjour, pourriez vous m'aider à corriger mes fautes de cette traduction en anglais SVP! merci d'avance:

Politicians like other litigants.

Intro:

Men have always fought injustice. A terrible notion that combat the principle of democracy. We have experienced great leader like Martin Luther King, Nelson Mandela ... who were able to collect all of the men behind the final struggle, the eradication of injustice.
"The just laws are those that strive to make men, women, children, the sick, the ignorant are all equal. Those who say, against the law, that inequality is in the nature of things, therefore say poverty "Alain, Commentaries on the powers, (18/10/1907).
Justice is a philosophical principle, legal and moral based on respect for the law and equity as the foundation of society and civilization. It was written into Article I of the Bill of Rights of Man and Citizen of 1789. In view of justice, all citizens are equal: they have the same civil and political rights. However, the politicians, by their position in society, have rights and privileges according to their position that may pose the problem of legal fairness.

I-politicians, principles, like other litigants:

The principle of equality of citizens before the law, contained in Article 6 of the Declaration of Human Rights of 1789, necessarily implies the equality of citizens before the application is made law by the judicial institution.
The Constitutional Council in 1975 on this equivalence, arguing therefore that the principle of equality of all individuals to justice has constitutional value. This means that all litigants, regardless of their nationality or their importance in society, should be treated equally by the French courts.
Specifically, equality before the law is reflected in the consecration of a natural right to a judge: litigants who are in the same position should be judged by the same court, under the same rules of procedure and substance. Consequently, the privileges of jurisdiction, which allowed individuals to be tried in more favorable conditions, were finally abolished in 1993. In addition, the mechanism of Cassation (discussed below) guarantees to litigants an identical interpretation of the law throughout the territory.
Equality is one of the principles underlying the political democracy. It was written into Article I of the Bill of Rights of Man and Citizen of 1789, taken over by the Constitution of the Fifth Republic. Under the law, all citizens are equal: they have the same civil and political rights, the same freedoms. All men, even non-citizens, have the same civil rights, economic and social.

II-evidence Cases showing the ineffectiveness of these laws.
The principle of equality before the law, however, suffers some modifications. It may include questions about the proliferation of special courts specialized, which indirectly promotes differential treatment between individuals. Similarly, the existence of two court led the administration to not to be treated like other litigants: the manner of exercise of remedies or implementing its enforcement against him by example, more favorable to individuals.

The case of Mr Jacques Chirac, former president of the French Republic:

In 1992, Mr Chirac as mayor of Paris had recorded the use of several people who were not employees or members of the RPR party, when the Court of Auditors became aware of misuse of funds made during the Mr Chirac's mandate in his capacity as mayor, Jacques Chirac was president of the republic. Its immunity from the president to be tried unless prevented by the High Court. Mr Chirac made his duties in 2007, and shall have been appearing. Since 2007, the hearings were postponed until 2010.
The lawyer Jacques Chirac announced on Saturday, June 23, that his client refused to answer the summons of the judges of Huys and Pons on behalf of Article 67 of the Constitution of the Fifth Republic:
"The President of the Republic is not responsible for acts performed in that capacity, subject to the provisions of Articles 53-2 and 68. It can not, during his tenure and before any court or administrative authority French, be required to testify nor be subject to an action, an act of information, investigation or prosecution. A limitation period is suspended or foreclosure. Bodies and procedures which it is obstructed and can be taken against him or at the expiration of a period of one month following the termination. "
Articles 53-2 and 68 refer to the jurisdiction of the International Criminal Court and the High Court. Cases to which the name of the former President of the Republic is associated not under international jurisdiction, and the High Court of Justice ruling that only a possible dismissal of the head of state, Jacques Chirac can not, constitutionally be disturbed.
Can refuse to be heard as a witness in all cases after 1995, Jacques Chirac will never meet, unless a constitutional rebound unlikely, on its role in business and Clearstream Borrel.
If it actually ended June 16 at midnight, the criminal immunity of the president always covers, in fact, for the duration of his term without the possibility of retroactive prosecution. The twelve years as President Chirac can not be considered by any judge whatsoever. With the exception of cases prior to 1995 (the fictitious jobs of the RPR, the Sempap ​​and free flights to Euralair) sensitive files from the former occupant of the Elysee will probably be the sole judge as History .

The regime of parliamentary immunity:

This is absolute irresponsibility (it covers both criminal and civil) and perpetual (it persists after the end of his term). But the protection of Parliament extends to acts committed outside of their work through the principle of inviolability which applies only to criminal proceedings that could result in loss of
freedom (crimes and offenses). This principle aims to protect the free exercise of his parliamentary mandate and not to provide the parliamentary privileged status.

The inviolability implies that no deprivation of liberty (arrest, house arrest, etc.). Is taken without the consent of the Office of the Parliamentary Assembly where the head (with the exception of the act or the execution of a final conviction). However, proceedings against a member is free and no longer require, in themselves, the lifting of his parliamentary immunity from the constitutional revision of 1995.

Conclusion:
In theory, the constitution recognizes French citizens free and equal, it should not be a probability of individuals unjustifiable. However, the policy exception to the right and round the principle of equality and therefore justice.


(la base de ma traduction en français):

Les Hommes politiques des justiciables comme les autres.
Intro :
Les hommes ont toujours combattus l’injustice. Une notion terrible qui combat le principe de la démocratie. Nous avons connu de grand leader comme Martin Luther King, Nelson Mandela… qui chacun ont pu rassembler des hommes derrière la lutte suprême, l’éradication de l’injustice.
"Les lois justes sont celles qui s'ingénient à faire que les hommes, les femmes, les enfants, les malades, les ignorants soient tous égaux. Ceux qui disent, contre le droit, que l'inégalité est dans la nature des choses, disent donc des pauvretés" Alain, Propos sur les pouvoirs, (18/10/1907).
La justice est un principe philosophique, juridique et moral reposant sur le respect du Droit et de l'équité comme fondement de la vie sociale et de la civilisation. Elle fut inscrite dans l'article premier de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Au regard de la justice, tous les citoyens sont égaux : ils ont les mêmes droits civils et politiques. Cependant, les hommes politiques, de par leur situation dans la société, disposent de droits ou d'avantages en fonction de leur position qui peut poser le problème de l'équité juridique.

I- Les hommes politiques, en principes, des justiciables comme les autres :

Le principe d’égalité des citoyens devant la loi, qui figure à l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789, implique nécessairement l’égalité des citoyens devant l’application qui est faite de la loi par l’institution judiciaire.
Le Conseil constitutionnel a consacré en 1975 cette équivalence, affirmant en conséquence que le principe d’égalité de tous les individus devant la justice possède une valeur constitutionnelle. Cela signifie que tous les justiciables, quelle que soit notamment leur nationalité ou leur importance dans la société, doivent être traités de manière identique par les juridictions françaises.
Concrètement, l’égalité devant la justice se traduit par la consécration d’un droit au juge naturel : les justiciables se trouvant dans une situation identique doivent être jugés par un même tribunal, selon les mêmes règles de procédure et de fond. En conséquence, les privilèges de juridiction, qui permettaient à certains individus d’être jugés dans des conditions plus favorables, ont été définitivement supprimés en 1993. En outre, le mécanisme de la cassation (examiné infra) garantit aux justiciables une interprétation identique de la loi sur l’ensemble du territoire.
L'égalité est l'un des principes qui fondent les relations politiques en démocratie. Elle fut inscrite dans l'article premier de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, reprise par la Constitution de la Cinquième République. Au regard du droit, tous les citoyens sont égaux : ils ont les mêmes droits civils et politiques, les mêmes libertés fondamentales. Tous les hommes, même non citoyens, ont les mêmes droits civils, économiques et sociaux.

II- Des cas probants qui montrent l’inefficacité de ces lois.

Le principe d’égalité devant la justice souffre cependant quelques aménagements. On peut notamment s’interroger sur la multiplication des juridictions d’exception spécialisées, qui favorise indirectement un traitement différencié entre les justiciables. De même, l’existence de deux ordres juridictionnels conduit l’administration à ne pas être traitée comme les autres justiciables : les modalités d’exercice des voies de recours, ou la mise en œuvre à son encontre de l’exécution forcée lui sont par exemple plus favorables qu’aux particuliers.

Le cas de Mr jacques Chirac ; ancien président de la République française :

En 1992, Mr Chirac alors qu’il était maire de Paris avait enregistrés l’emploi de plusieurs personnes qui n’était pas salarié ou membres du parti RPR, quand la cour des comptes s’est rendu compte du détournement de fonds effectué pendant le mandat de Mr Chirac en sa qualité de maire, Jacques Chirac était alors président de la république. Son immunité de président l’empêchait d’être jugé sauf par la Haute cour de justice. Mr Chirac a rendu ses fonctions en 2007 et aurai pu comparaître. Depuis 2007, les audiences ont été repoussé jusqu’en 2010.
L'avocat de Jacques Chirac a annoncé, samedi 23 juin, que son client refusait de répondre à la convocation des juges d'Huys et Pons au nom de l'article 67 de la Constitution de la Ve République :
« Le Président de la République n'est pas responsable des actes accomplis en cette qualité, sous réserve des dispositions des articles 53-2 et 68. Il ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite. Tout délai de prescription ou de forclusion est suspendu. Les instances et procédures auxquelles il est ainsi fait obstacle peuvent être reprises ou engagées contre lui à l'expiration d'un délai d'un mois suivant la cessation des fonctions. »
Les articles 53-2 et 68 font référence à la juridiction de la Cour pénale internationale et à la Haute Cour. Les affaires auxquelles le nom de l'ancien président de la République est associé ne relevant pas de la juridiction internationale, et la Haute Cour de Justice ne statuant que sur une éventuelle destitution du chef de l'Etat, Jacques Chirac ne peut donc pas, constitutionnellement, être inquiété.
Pouvant refuser d'être entendu en tant que témoin pour toutes les affaires postérieures à 1995, Jacques Chirac ne répondra donc jamais, à moins d'un rebondissement constitutionnel peu probable, au sujet de son rôle dans les affaires Clearstream et Borrel.
Si elle a effectivement pris fin le 16 juin à minuit, l'immunité pénale du président de la République le couvre toujours, en effet, pour toute la durée de son mandat, sans possibilité de poursuites rétroactives. Les douze années de présidence chiraquienne ne peuvent donc être examinées par quelque juge que ce soit. A l'exception des affaires antérieures à 1995 (les emplois fictifs du RPR, la Sempap et les vols gratuits d'Euralair), les dossiers sensibles de l'ancien occupant de l'Elysée n'auront probablement comme seul juge que l'Histoire.
Le régime des immunités parlementaires :
Cette irresponsabilité est absolue (elle couvre aussi bien les poursuites pénales que civiles) et perpétuelle (elle perdure après la fin de son mandat). Mais la protection des parlementaires s’étend aux actes commis en dehors de leur fonction grâce au principe d’inviolabilité qui ne concerne que les poursuites pénales pouvant entraîner une privation de
liberté (les crimes et les délits). Ce principe vise à protéger le libre exercice de son mandat parlementaire et non à doter le parlementaire d’un statut privilégié.

L’inviolabilité implique donc qu’aucune mesure privative de liberté (arrestation, assignation à résidence, etc.) ne soit décidée sans l’accord du bureau de l’Assemblée où siège ce parlementaire (exception faite d’un flagrant délit ou de l’exécution d’une condamnation définitive). Néanmoins, les poursuites contre un parlementaire sont libres et ne nécessitent plus, en elles-mêmes, la levée de son immunité parlementaire depuis la révision constitutionnelle de 1995.

Conclusion :
En théorie, la constitution française reconnait les citoyens libres et égaux entre eux, il ne devrait donc pas exister une possibilité d’individus injustifiables. Cependant, la politique déroge au droit et rond le principe d’égalité et donc de justice.
Revenir en haut Aller en bas
JRB

avatar

Nombre de messages : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: traduction, besoin d'aide SVP   Dim 16 Oct - 9:15

Bonjour,

Compte tenu de la longueur considérable de ton pavé d'une part et de ton aisance avec l'anglais d'autre part, je me suis volontairement limité à la seule relecture du texte français.
Après tout, c'est aujourd'hui dimanche... Basketball
shabanu a écrit:
Bonjour, pourriez vous m'aider à corriger mes fautes de cette traduction en anglais SVP ! Merci d'avance :


(la base de ma traduction en français):

Les Hommes politiques, des justiciables comme les autres.
Intro :
Les hommes ont toujours combattus l’injustice. Une notion terrible qui combat le principe de la démocratie. Nous avons connu de grand leaders comme Martin Luther King, Nelson Mandela… qui chacun ont pu rassembler des hommes derrière la lutte suprême, l’éradication de l’injustice.
"Les lois justes sont celles qui s'ingénient à faire que les hommes, les femmes, les enfants, les malades, les ignorants soient tous égaux. Ceux qui disent, contre le droit, que l'inégalité est dans la nature des choses, disent donc des pauvretés" Alain, Propos sur les pouvoirs, (18/10/1907).
La justice est un principe philosophique, juridique et moral reposant sur le respect du Droit et de l'équité comme fondement de la vie sociale et de la civilisation. Elle fut inscrite dans l'article premier de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Au regard de la justice, tous les citoyens sont égaux : ils ont les mêmes droits civils et politiques. Cependant, les hommes politiques, de par leur situation dans la société, disposent de droits ou d'avantages en fonction de leur position qui peut poser le problème de l'équité juridique.

I- Les hommes politiques, en principes, des justiciables comme les autres :

Le principe d’égalité des citoyens devant la loi, qui figure à l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789, implique nécessairement l’égalité des citoyens devant l’application qui est faite de la loi par l’institution judiciaire.
Le Conseil constitutionnel a consacré cette équivalence en 1975, affirmant en conséquence que le principe d’égalité de tous les individus devant la justice possède une valeur constitutionnelle. Cela signifie que tous les justiciables, quelle que soit notamment leur nationalité ou leur importance dans la société, doivent être traités de manière identique par les juridictions françaises.
Concrètement, l’égalité devant la justice se traduit par la consécration d’un droit au juge naturel : les justiciables se trouvant dans une situation identique doivent être jugés par un même tribunal, selon les mêmes règles de procédure et de fond. En conséquence, les privilèges de juridiction, qui permettaient à certains individus d’être jugés dans des conditions plus favorables, ont été définitivement supprimés en 1993. En outre, le mécanisme de la cassation (examiné infra) garantit aux justiciables une interprétation identique de la loi sur l’ensemble du territoire.
L'égalité est l'un des principes qui fondent les relations politiques en démocratie. Elle fut inscrite dans l'article premier de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, reprise par la Constitution de la Cinquième République. Au regard du droit, tous les citoyens sont égaux : ils ont les mêmes droits civils et politiques, les mêmes libertés fondamentales. Tous les hommes, même non citoyens, ont les mêmes droits civils, économiques et sociaux.

II- Des cas probants qui montrent l’inefficacité de ces lois.

Le principe d’égalité devant la justice souffre cependant quelques aménagements. On peut notamment s’interroger sur la multiplication des juridictions d’exception spécialisées, qui favorise indirectement un traitement différencié entre les justiciables. De même, l’existence de deux ordres juridictionnels conduit l’administration à ne pas être traitée comme les autres justiciables : les modalités d’exercice des voies de recours, ou la mise en œuvre à son encontre de l’exécution forcée lui sont par exemple plus favorables qu’aux particuliers.

Le cas de M. Jacques Chirac, ancien président de la République française :

En 1992, M. Chirac alors qu’il était maire de Paris avait enregistrés l’emploi de plusieurs personnes qui n’étaient pas salariées ou membres du parti RPR, quand la cour des comptes s’est rendu compte du détournement de fonds effectué pendant le mandat de M. Chirac en sa qualité de maire, Jacques Chirac était alors président de la république. Son immunité de président l’empêchait d’être jugé sauf par la Haute cour de justice. M. Chirac a rendu ses fonctions en 2007 et aurait pu comparaître. Depuis 2007, les audiences ont été repousséesjusqu’en 2010.
L'avocat de Jacques Chirac a annoncé, samedi 23 juin, que son client refusait de répondre à la convocation des juges d'Huys et Pons au nom de l'article 67 de la Constitution de la Ve République :
« Le Président de la République n'est pas responsable des actes accomplis en cette qualité, sous réserve des dispositions des articles 53-2 et 68. Il ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite. Tout délai de prescription ou de forclusion est suspendu. Les instances et procédures auxquelles il est ainsi fait obstacle peuvent être reprises ou engagées contre lui à l'expiration d'un délai d'un mois suivant la cessation des fonctions. »
Les articles 53-2 et 68 font référence à la juridiction de la Cour pénale internationale et à la Haute Cour. Les affaires auxquelles le nom de l'ancien président de la République est associé ne relevant pas de la juridiction internationale, et la Haute Cour de Justice ne statuant que sur une éventuelle destitution du chef de l'État, Jacques Chirac ne peut donc pas, constitutionnellement, être inquiété.
Pouvant refuser d'être entendu en tant que témoin pour toutes les affaires postérieures à 1995, Jacques Chirac ne répondra donc jamais, à moins d'un rebondissement constitutionnel peu probable, au sujet de son rôle dans les affaires Clearstream et Borrel.
Si elle a effectivement pris fin le 16 juin à minuit, l'immunité pénale du président de la République le couvre toujours, en effet, pour toute la durée de son mandat, sans possibilité de poursuites rétroactives. Les douze années de présidence chiraquienne ne peuvent donc être examinées par quelque juge que ce soit. A l'exception des affaires antérieures à 1995 (les emplois fictifs du RPR, la Sempap et les vols gratuits d'Euralair), les dossiers sensibles de l'ancien occupant de l'Élysée n'auront probablement comme seul juge que l'Histoire.
Le régime des immunités parlementaires :
Cette irresponsabilité est absolue (elle couvre aussi bien les poursuites pénales que civiles) et perpétuelle (elle perdure après la fin de son mandat). Mais la protection des parlementaires s’étend aux actes commis en dehors de leur fonction grâce au principe d’inviolabilité qui ne concerne que les poursuites pénales pouvant entraîner une privation de liberté (les crimes et les délits). Ce principe vise à protéger le libre exercice de son mandat parlementaire et non à doter le parlementaire d’un statut privilégié.

L’inviolabilité implique donc qu’aucune mesure privative de liberté (arrestation, assignation à résidence, etc.) ne soit décidée sans l’accord du bureau de l’Assemblée où siège ce parlementaire (exception faite d’un flagrant délit ou de l’exécution d’une condamnation définitive). Néanmoins, les poursuites contre un parlementaire sont libres et ne nécessitent plus, en elles-mêmes, la levée de son immunité parlementaire depuis la révision constitutionnelle de 1995.

Conclusion :
En théorie, la constitution française reconnait les citoyens libres et égaux entre eux, il ne devrait donc pas exister une possibilité d’individus injustifiables. Cependant, la politique déroge au droit et
rond contourne le principe d’égalité et donc de justice.
Remarques :
- l'abréviation de Monsieur est M. en français, pas Mr qui est l'abréviation de Mister. C'est une erreur récurrente dont il convient de te guérir. Wink
- Dans la dernière phrase, round est un verbe = contourner (l'obstacle), faute de quoi elle n'a aucun sens.

_________________
" Carpe diem! "
Revenir en haut Aller en bas
shabanu



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2009

MessageSujet: Re: traduction, besoin d'aide SVP   Dim 16 Oct - 11:57

Merci beaucoup! je prend en note pour mister/M. une dernière petite question, en vous souhaitant un bon dimanche Very Happy , selon vous la traduction en anglais est correcte?!
Revenir en haut Aller en bas
JRB

avatar

Nombre de messages : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: traduction, besoin d'aide SVP   Dim 16 Oct - 13:13

shabanu a écrit:
Merci beaucoup ! Je prends en note pour mister/M. Une dernière petite question, en vous souhaitant un bon dimanche Very Happy , selon vous la traduction en anglais est correcte ?!
Heu, je crains le pire là !
Pourrais-tu préciser si ta traduction était de l'anglais vers le français ou bien du français vers l'anglais ?
J'ai eu beau relire ta demande initiale, j'avoue que j'ai un sérieux doute à présent. Embarassed

_________________
" Carpe diem! "
Revenir en haut Aller en bas
kiminiee



Nombre de messages : 5
Age : 23
Localisation : Canada
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: traduction, besoin d'aide SVP   Lun 17 Oct - 10:16

Le sujet est anglais, donc j'imagine que la traduction était du français à l'anglais !
Revenir en haut Aller en bas
JRB

avatar

Nombre de messages : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: traduction, besoin d'aide SVP   Lun 17 Oct - 10:37

Bonjour,

À la lecture de quelques lignes du texte anglais, je me suis vite rendu compte qu'il s'agissait bien d'un thème, autrement dit d'une traduction du français vers l'anglais.
À l'avenir donc, il faudrait que ta demande ne soit pas aussi ambiguë et stipule clairement dans quel sens ça fonctionne.
Ça m'éviterait de m'user les nerfs inutilement.
Pour mémoire :
- version = langue étrangère vers langue maternelle.
- thème = langue maternelle vers langue étrangère.


Ceci dit, je ne garantis rien car je suis totalement étranger au jargon juridique employé.


Politicians: litigants like anybody else.

Intro:

Men have always fought injustice. A terrible notion that combats the principle of democracy. We have known great leaders like Martin Luther King, Nelson Mandela ... who were able to gather everyone behind the final struggle, the eradication of injustice.
"The just laws are those that strive to make men, women, children, the sick, the ignorant are all equal. Those who say, against the law, that inequality is in the nature of things, therefore say poverty "Alain, Commentaries on the powers, (18/10/1907).
Justice is a philosophical, legal and moral principle, based on the respect for law and equity as the foundation of society and civilization. It was written into Article I of the Bill of Rights of Man and Citizen of 1789. In view of justice, all citizens are equal: they have the same civil and political rights. However, the politicians, by their position in society, have rights and privileges according to their position that may pose the problem of legal fairness.

I-Politicians: theoretically like other litigants.

The principle of equality of citizens before the law, contained in Article 6 of the Declaration of Human Rights of 1789, necessarily implies the equality of citizens before the application is made law by the judicial institution.
The Constitutional Council established this equivalence in 1975, arguing therefore that the principle of equality of all individuals before justice has constitutional value. This means that all litigants, regardless of their nationality or their importance in society, should be treated equally by the French courts.
Specifically, equality before the law is reflected in the establishment of a natural right to a judge: litigants who are in the same position should be judged by the same court, under the same rules of procedure and substance. Consequently, the privileges of jurisdiction, which allowed individuals to be tried in more favourable conditions, were finally abolished in 1993. In addition, the mechanism of Cassation (discussed below) guarantees to litigants an identical interpretation of the law throughout the territory.
Equality is one of the principles underlying the political democracy. It was written into Article I of the Bill of Rights of Man and Citizen of 1789, taken over by the Constitution of the Fifth Republic. Under the law, all citizens are equal: they have the same civil and political rights, the same freedoms. All men, even non-citizens, have the same civil, economic and social rights.

II- Probative cases showing the ineffectiveness of these laws.
The principle of equality before the law, however, suffers some modifications. It may include questions about the proliferation of special specialized courts, which indirectly promotes differential treatment between individuals. Similarly, the existence of two courts leads the administration to not be treated like other litigants: the manner of exercising remedies or implementing its enforcement against itself for example, are more favourable to it than to individuals.

The case of Mr Jacques Chirac, former President of the French Republic:

In 1992, while in office as the Mayor of Paris, Mr Chirac had recorded the employment of several people who were not employees or members of the RPR party. At the time when the Court of Auditors became aware of misuse of funds made during Mr Chirac's mandate in his capacity as mayor, Jacques Chirac was president of the republic. His immunity as the president prevented him from being tried unless by the High Court. Mr Chirac left office in 2007, and should have appeared in court. Since 2007, the hearings were postponed until 2010.
Jacques Chirac’s lawyer announced on Saturday June 23 that his client refused to answer the summons of judges d’Huys and Pons on behalf of Article 67 of the Constitution of the Fifth Republic:
"The President of the Republic is not responsible for acts performed in that capacity, subject to the provisions of Articles 53-2 and 68. During his mandate he cannot be required to testify nor be subject to an action, inquiry, investigation or prosecution before any court or administrative French authority. Any prescription or time limit is suspended. Proceedings and procedures which are thus obstructed can be taken against him when the deadline of one month expires. "

Articles 53-2 and 68 refer to the jurisdiction of the International Criminal Court and the High Court. As the cases to which the name of the former President of the Republic is associated do not come under international jurisdiction and the High Court of Justice only ruling on a possible dismissal of the head of state, Jacques Chirac cannot constitutionally be disturbed. Since he can refuse to be heard as a witness in all cases after 1995, and unless there is an unlikely new constitutional development, Jacques Chirac will never testify in court on his role in the Clearstream and Borrel affairs.
If it actually ended on June 16 at midnight, the criminal immunity of the president still covers him in fact for the duration of his term without the possibility of retroactive prosecution. So President Chirac’s twelve-year long mandate cannot be considered by any judge whatsoever. With the exception of cases prior to 1995 (the fictitious jobs of the RPR, the Sempap and free Euralair flights) sensitive files of the former occupant of the Elysee will probably be only judged by History.

The regime of parliamentary immunity:

This irresponsibility is absolute (it covers both criminal and civil prosecution) and perpetual (it persists after the end of their term). But the protection of MPs extends to acts committed outside their work through the principle of inviolability which applies only to criminal proceedings that could result in the loss of freedom (crimes and offenses). This principle aims at protecting the free exercise of their parliamentary mandate and not at providing MPs with a privileged status.

The inviolability implies that no deprivation of liberty (arrest, house arrest, etc.) is taken without the consent of the Office of the Parliamentary Assembly where the MP sits (with the exception of the act or the execution of a final conviction). However, proceedings against a Member of Parliament are free and no longer require, in themselves, the withdrawal of their parliamentary immunity following the constitutional revision of 1995.

Conclusion:
In theory, the constitution recognizes French citizens free and equal. So there should not be unjustifiable individuals. However policies go against the law and break the principle of equality and therefore justice.

_________________
" Carpe diem! "
Revenir en haut Aller en bas
shabanu



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 31/12/2009

MessageSujet: Re: traduction, besoin d'aide SVP   Mer 19 Oct - 11:18

Oh oui pardon j'aurais vraiment dû préciser. Embarassed Merci beaucoup pour votre aide et désolé pour les nerfs...
Revenir en haut Aller en bas
JRB

avatar

Nombre de messages : 45
Localisation : France
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: traduction, besoin d'aide SVP   Mer 19 Oct - 12:05

Il n'y a pas l'ombre d'un souci mais à l'avenir penses-y. Smile

_________________
" Carpe diem! "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: traduction, besoin d'aide SVP   

Revenir en haut Aller en bas
 
traduction, besoin d'aide SVP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin d'aide . Fournitures scolaires ...
» Besoin d''aide en épistémologie de la géographie
» besoin d'aide pour mon cas pratique de droit
» Lecture d'image : besoin d'aide !
» LA ROUMANIE A BESOIN D'AIDE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Study Hall :: Devoirs maison :: anglais (grammaire, rédacs courtes, trads courtes}-
Sauter vers: